Une Semaine VPMienne … #11

Une semaine VPMienne revient avec … pardon Giselle ? Oui, c’est bien ça, deux jours de retard ! C’est pourquoi, je vos promets d’être très poilant, et de ne jamais être désagréable envers quiconque dans l’article qui suit. Pardon Giselle ? Ah, bon ben ce ne sera pas le cas. Bonne lecture ! Si vous en avez l’occasion, lisez ça à vos gosses, y a rien de mieux pour qu’ils dorment comme des anges. Pour le réveil, ce sera plus difficile.

 

Lundi, on a un nouveau président. L’affreux manchot (plus affreux que manchot, d’ailleurs. Quoi que, ça marche bien aussi, dans l’autre sens) doit déguerpir pour laisser place à la fraicheur, la nouveauté, la classe à l’état pur, la féminité dans toute sa splendeur, la … bon, le quota de niaiserie est dépassé.

Vous savez, … On dit parfois que la vieillesse est un naufrage. Pour certains, la présidentielle est un naufrage. Je dirais même que c’est le sabordage de l’amiral Graf Spee. Et le pire, dans tout ça, c’est que ça recommence tous les 4 mois.

Mais le plus grave, dans tout ça, c’est de voir Spendzst exclue de tout poste qui soit. Le pauvre, lui qui ne parvint pas à obtenir une étoile, qui a un nom difficile à porter (et à écrire …), il passe de peu à coté d’un poste de ministre. Celui qu’il attendait depuis si longtemps, et qui fait qu’il a déjà préparé une dizaine de discours, dignes d’un analphabète russe croisé d’un Franck Ribery éméché. Décevant. Du coup, il s’octroie lui-même le poste. Comme il s’est octroyé un courant à lui tout seul (le Spendzstisme, ou un truc dans le genre), ainsi qu’il se croit maitre d’une ligue ou, ça a changé (pour changer), d’une unité des partis, et … Pardon ? Ah ? Et bien, ce n’est plus une « unité des partis », c’est une République Parallèle de VPM. Très bien. Ce gars change d’avis plus vite que je n’ai le temps d’écrire cet article misérable et miséreux. C’est le Bayrou de VPM. Disons, il a l’âme du Bayrou, et le discours (non pas dans ses idées, mais dans sa cohérence) d’une blondasse mal lunée, fille d’un salaud aux allures de Bulldog enragé, qui forment à eux deux (sans compter la copie conforme de la maman, qui ne parvient à obtenir des voix que par son physique déjà moins ingrat que celui de l’aut’)  une famille digne de participer à « Une Famille en Or », émission que l’on pourrait renommer pour l’occasion « Une Famille de Porcs » (M’ouais … pas trouvé mieux.) . En parlant de cette cruche, … je me dis, heureusement qu’elle n’est pas Portugaise. Ah ben, il n’y a qu’un pas, ou du moins, qu’une moustache, pour la confondre avec un ancien dictateur adepte de petits fours (comment ça, «de mauvais goût» ?)  En même temps, ce serait con, qu’elle soit Portugaise, avec les idées qu’elle a. Quoi que, ça ne m’étonnerait qu’à moitié.

Bref, là aussi, le quota est (largement trop) dépassé concernant notre amie au sourire si hypocrite qu’il en ferait chialer nos gamins. Et je me dis que si des adeptes de cette fameuse famille passent par ici, ils ne m’aimeront pas beaucoup. Je vais donc me calmer. Mais bon, heureusement que je garde le mystère, et ne dévoile aucune identité. Rassurez-vous donc, amis FNistes !

Et merde …

Mardi, il va falloir que je me calme. La journée d’hier fut salée, et a en plus dévié de son sujet initial, simplement à cause d’une blondasse mal lunée qui … oui bon, j’arrête. Mais avouez, elle est la cause de tous nos soucis, là, en l’occurrence. Bref, je fais abstraction. En parlant d’attraction, cela pourrait me servir de transition sur le cas Spendzst, qui a lui seul crée en parallèle un nouveau gouvernement, et serait même près à recréer le jeu à sa façon, pour pouvoir enfin accéder à un poste.

Si seulement il pouvait être comme Chlochlos, … Aaaaah, Chlochlos. Lui au moins, il ne se prend pas la tête : Il se présente aux présidentielles. Il perd. Il veut être ministre. Il ne l’est pas. Il lance une « révolution » (paye ta révolution. Aussi impressionnante que les buts que marquent, lorsque but il y a, l’Equipe de France). Il se (re)présente aux présidentielles. Il perd. Il veut être ministre. Il ne l’est pas. Il lance une « révolution ». Et ainsi de suite, sans jamais s’arrêter. Lui est constant, il ne change pas sa ligne de conduite. Il ne cherche pas à changer de tactique pour peut-être parvenir à ses fins. Non non non. Il s’entête, et c’est peut-être mieux ainsi.

Mercredi, les chats ne sont pas des chats. C’est la faute au Dieu trompeur.

Jeudi, je me dis qu’il faut que j’arrête définitivement d’écouter mon prof de philo. On y apprend des choses peu sympathiques avec lui, surtout concernant notre présidente. Elle ne serait donc pas un chat … peut-être une vache, si on écoutait Vince !

Enfin, quand je dis « notre présidente », je devrais corriger et dire « nos présidents ». Ces temps-ci, VPM ne comprend plus rien. On a l’impression d’assister à une partie de « Pyramide » chaque jour, sur le forum. Tel gars est ministre un coup, puis il ne l’est plus. Tel gars est président un coup, puis il ne l’est plus, car il est remplacé par c’ui ci, qui est lui-même un autre, et …. Bref, on est perdu.

Je serais près à parier que, si on nous annonçait demain que le vrai président est en fait Spendzst, ça ne m’étonnerait même pas. Bon. PRESQUE pas.

Vendredi, je me rends compte que, plus on avance dans la semaine, et plus les journées se raccourcissent. L’arrivée de l’Hiver, surement … Ou le départ de l’inspiration. Dans les deux cas, c’est la faute à Dens. Mon niveau d’écriture a beau être nul, je n’accepte ni veau, ni mule. Que ça soit clair, Chazal. (Quoi de meilleur que de conclure la journée sur une blague aussi vaseuse !)

Samedi et dimanche, au détour d’un bar gay, je rencontre Geostar. Aussi déchu que déçu, de quitter l’Elysée, il se jette en pleurs dans mes bras. Pas l’air con moi, en train d’embrasser Papa Pingouin. Même DSK avec une trainée en manque d’argent a plus fière allure.

Je tente de le rassurer, de lui dire que l’on s’en remet vite, et qu’il faut garder espoir. Mais je me dis aussi qu’il a pas trouvé la meilleure poire pour venir se plaindre. Car bon, je suis quand même l’un des seuls présidents à avoir si mal supporté le passage de statut de star à celui d’une pauvre merde bonne qu’à se faire écraser par la chaussure sale de l’autre blondasse mal lunée (décidemment …). Non mais c’est vrai. 3 tentatives de suicide à mon actif, donc 2 échecs, c’est pas simple à assumer. Et puis faut dire, essayer de se couper les veines avec un peigne, c’est con.

Alors je lui dis … « Allez, mon Kinder Pingui … Même si tu ne passeras plus chaque soir au 20 heures, tu pourras quand même nous casser les couilles avec ta pub de merde. Cette même pub qui montre deux affreux gosses bons qu’à tarter, qui ruinent la journée de leur mère tout ça pour une putain de barre chocolatée. D’ailleurs sympa la mère. Elle fini par craquer, et elle les accueille avec le sourire. Une boniche. J’aimerais avoir une mère si conne. Je pourrais m’en foutre plein la panse. ».

Là, Geostar comprend très vite qu’il ne s’est pas adressé à la bonne personne, et que je suis plus intéressé par les danseurs qui se trémoussent sur les tables, que par ses pleurnicheries à la con, qui me gâchent le spectacle.

Heureusement, avant de le quitter pour passer une folle nuit avec « Samuel, le sensuel », je lui pose ma main sur l’épaule, et lui murmure, à la façon film américain : « Ce n’est jamais terminé. Tôt ou tard, on sera à nouveau sur le devant de la scène. Et cette fois-ci, nous ne nous contenterons pas d’un à peu près, mais on foutra le feu. Notre, feu. »

Amen. Les bières.

Une semaine s’est écoulée, mais VPM reste encore … 

Auteur : Krustyfrancky

Amateur de frisbee, adepte du lancer de nains et réel fan de tondeuses à gazon, Krustyfrancky est un personnage comme tous les autres, appréciant contempler les jeunes filles dans la rue et caresser les murs de sa chambre. Le jour, marchand de crème solaire en Bretagne, la nuit, gogo danseur dans une maison de retraite à Brest, Krustyfrancky est totalement épanoui dans sa vie, même si le malheureux vit désespérément seul.

Avez-vous aimé cet article ?

Laissez une évaluation, et rejoignez la discussion dans les commentaires !

Très mauvaisMauvaisMoyenBonTrès bon
10 votes | 3,80/5
On charge !

9 commentaires

  1. Ton article s’ouvre sur une balzaquisation du style (compliment dans ma bouche, et je zoazote Stoat), et se finit sur du grand n’importe quoi. J’adore. ^^

    au détour d’un bar gay, je rencontre Geostar. Aussi déchu que déçu, de quitter l’Elysée, il se jette en pleurs dans mes bras. Pas l’air con moi, en train d’embrasser Papa Pingouin. Même DSK avec une trainée en manque d’argent a plus fière allure.

    Non mais c’est vrai. 3 tentatives de suicide à mon actif, donc 2 échecs, c’est pas simple à assumer. Et puis faut dire, essayer de se couper les veines avec un peigne, c’est con.

  2. Y a un retour du vrai krusty aprés un peu de relache,une bonne analyse de tout j’ai adoré le passage de DSK moi je préfére l’appeler Barjorie au lieu de Marjorie mais c’est excellent comme d’habitude :)!

  3. « Là, Geostar comprend très vite qu’il ne s’est pas adressé à la bonne personne, et que je suis plus intéressé par les danseurs qui se trémoussent sur les tables, que par ses pleurnicheries à la con, qui me gâchent le spectacle. »
    Enorme ^^

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

:) :D :/ ;) :| :pale: :suspect: Plus de smileys »